Il n’est jamais trop tard pour bien faire…

Dès décembre 2014, la minorité municipale a demandé qu’un espace lui soit réservé sur le site internet de la ville sans que jamais elle n’obtienne de réponse. Quelle surprise que, 4 ans après, un espace lui soit attribué. Cela est tout aussi étonnant que le fait qu’il ait fallu attendre la dernière année de mandat pour qu’un journal municipal paraisse enfin. Faut-il s’étonner de ces changements ou s’inquiéter de cette passivité ? Sans doute faut-il s’inquiéter puisqu’elle vient s’ajouter à de nombreux exemples de l’opacité de la gestion municipale.

Ainsi, une majorité des Comités consultatifs ne se réunissent pas. Ainsi, à de trop nombreuses reprises, nous avons été contraints de ne pas prendre part au vote sur des délibérations municipales en raison du manque d’éléments fournis. Ainsi, la place laissée aux citoyens dans la co-construction des choix municipaux est inexistante.

A l’inverse, la minorité municipale ne s’est pas laissée enfermer dans cette torpeur anesthésiant la vie démocratique locale. Régulièrement, elle interroge, fait des propositions, rencontre la population, tient des permanences et anime des réunions. C’était l’un de nos engagements et nous l’avons tenu !

 

Armand Rivière, Danièle Azemar, Julie Garcin-Saudo, Georges Lopez, Danielle Demoulin, René Verdeil, Chantal Dassenoy